Les Canadiens sont opposés à l’aide médicale à mourir et l’euthanasie en raison du manque de soins médicaux

Angus Reid Poll

Lors d’un rassemblement devant la colline parlementaire à Ottawa, sondage à l’appui, Dr Paul Saba déclare que les Canadiens sont opposés à l’aide médicale à mourir et l’euthanasie en raison du manque de soins médicaux.

OTTAWA, le 1 juin 2016 / -Le sondage Angus Reid du 1er avril 2016 révèle que la majorité des Canadiens s’opposent à l’aide médicale à mourir (AMM) et l’euthanasie en raison d’un manque de soins médicaux. Les Canadiens s’opposent à l’AMM parce que « le coût pour traiter un patient est très élevé (79%) », « Un patient n’a aucun espoir quant à son futur et sa vie n’a plus de signification (69%) », « une personne peut être affligée de plusieurs conditions médicales et bouleversée par la situation » (64%) ; « et il appert que le traitement d’une personne soit un lourd fardeau pour sa famille « (74%). Une faible minorité, soit 55% des gens, est en faveur de l’AMM « parce que les Canadiens sont incapables d’obtenir accès à des soins de santé pour traiter leurs douleurs et souffrances ».  http://angusreid.org/assisted-suicide-law/

 

« Ceci révèle que les Canadiens souhaitent avoir des bons soins de santé et non l’euthanasie comme solution au manque de soins médicaux », lors du rassemblement devant la colline parlementaire déclare Paul Saba, médecin de famille. « Plusieurs Canadiens attendent longtemps pour avoir accès à un médecin de famille, à des spécialistes, à des tests de dépistage et des traitements. L’accès par les Canadiens à des soins de première ligne et des soins spécialisés est le plus mauvais de celui de 11 pays comparables ». https://secure.cihi.ca/free_products/wait_time_report2016_en.pdf

 

Le Dr. Peter Blusanovics est médecin de famille, de soins palliatifs pratiquant notamment en centres d’hébergement. En réaction au Bill C-14, il déclare que « nous devons d’abord nous doter de soins médicaux de qualité, incluant les soins palliatifs avant de considérer la solution sans issue qu’est l’euthanasie ou AMM. Quand les gens font face à des défis sur le plan de la santé et se sentent seules, ils pourraient contempler la mort même s’il leur resterait plusieurs bonnes années à vivre. Nous devons faire en sorte que les gens ne se sentent pas isolés, abandonnés ou laissés à leur sort. Nous nous devons d’offrir à nos concitoyens de meilleurs choix qu’une injection létale. La priorité d’une société plus humaine doit toujours être de donner les meilleurs soins et soutien pour tous ».

 

À l’heure actuelle, le gouvernement fédéral contribue 20% de tous les frais liés aux soins de santé offerts aux Canadiens , comparativement à 50% durant les premières années du régime public de santé canadien.

Selon la Société canadienne du cancer, 4 personnes sur 10 seront atteintes d’un cancer durant leur vie. Une amélioration dans le dépistage et le traitement du cancer peut le prévenir et le guérir.

 

Le Dr. Saba fait appel au premier ministre Trudeau et aux parlementaires pour promouvoir une amélioration des soins de santé et sauver la vie de ceux qui auraient encore de bons moments à vivre. Il fait appel au Parlement fédéral pour mettre sur pied des programmes financés pour l’ensemble du pays aux fins de lutter contre le cancer et d’offrir de meilleurs soins à l’échelle nationale en pédiatrie, médecine de famille, pharmacologie et les soins à domicile et palliatifs. Une commission royale d’enquête sur la santé devrait être mise en place pour poursuivre le travail de la commission Romanow (2002). « Tuez le Bill C-14 et sauvez des vies. L’urgence actuelle est de légiférer dans le but de fournir de meilleurs soins et non l’euthanasie ».

 

Selon Me Natalia Manole, qui représente le Dr Paul Saba dans sa lutte contre l’euthanasie, « Devant l’absence de soins appropriés, il est impossible de donner un consentement «libre et éclairé» au suicide assisté. Sans accès aux soins de qualité, la personne pourrait mettre fin à sa vie prématurément.